fr | en

L'Association et ses buts
Calendrier actuel
Devenir membre
Nos artistes visuels
Venir à St-Vincent
Le nouvel orgue
Concerts passés
L’église St-Vincent
Liens
Comité et contacts
Courriel

 

L’église St-Vincent

Son origine:

Montreux, à proprement parler, est une entité très récente, une création du tourisme. Un coup d'œil aux gravures du XIXe siècle nous montre une rive vierge de Clarens jusqu'à Chillon. Les méfaits architecturaux et urbanistiques, dans cette région au microclimat idyllique, sont étroitement liés à l'exploitation frénétique d'un terrain rare au pied d'abruptes montagnes.

Jean-Jacques Rousseau, qui fut l'hôte privilégié de la région alors appelée Montreux et qui en a loué l'image bucolique, serait sans doute plus réservé aujourd'hui.

Toujours est-il qu'un jour, il y a très très longtemps, des moines jetèrent leur dévolu sur un rocher de tuf qui surplombait le lac et seul passage possible d'est en ouest (et réciproquement) et y édifièrent leur "monasterium" (monastère), mot qui, de contractions en modifications successives, devint au fil du temps "Montreux", nom donné à toute cette région peuplée alors de hameaux et villages dont les montreusien-ne-s d'aujourd'hui se revendiquent encore: On est de Chêne ou de Vernex, des Planches, du Châtelard ou des Vuarennes.

Sa beauté:

(Placez votre souris sur un des liens et une image apparaitra.)

L’église: au printemps
L’église St-Vincent au printemps.
, en été
L’église St-Vincent en été.
, en autonne
L’église St-Vincent en autonne.
et en hiver
L’église St-Vincent en hiver.
. Entrée sud du chœur Porte du chœur
Entrée sud du chœur.
.

A l’intérieur: la nef
La nef, vue de l'entrée
, le chœur
Le chœur
, la chaire
La chaire
et l’orgue
L’orgue
.

Le vitrail personifiant saint Vincent
Le vitrail
saint Vincent
, patron des vignerons.

Les vitraux du chœur: la nativité
La nativité,
la pureté.
, la foi chrétienne
La foi chrétienne,
la charité.
, le pain
Le pain, le vin.
, la souffrance
La souffrance,
la trahison.
, l’Apocalypse
L’Apocalypse,
le renouveau.
.

Les vitraux du transept sud: saint Luc
Le taureau de
saint Luc
, saint Marc
Les lions de
saint Marc
, saint Mathieu
L’homme ailé
de saint Mathieu
, saint Jean
L’aigle de
saint Jean
.

Ce rocher de tuf garde une trace très précise de cette première implantation:
L'Eglise dédiée à St-Vincent, patron des vignerons, en épouse si étroitement la configuration qu'elle s'articule sur trois axes: Chœur orienté, nef et porche d'entrée.
Les matériaux sont eux témoins des aléas politiques et pécuniaires auxquels durent faire face les générations successives (si l'on ose dire) des religieux, édificateurs du lieu de culte:

Molasse et tuf semblent se disputer la prééminence, selon qu'on avait ou non les moyens de faire carroyer de loin les blocs de pierres plus rares dans la région immédiate.
Le tuf se trouvait sur place!

Cette contrainte, probablement désagréable à l'époque, nous vaut aujourd'hui cette particularité qui fait le charme de St-Vincent, où candeur et grandeur sont étroitement mêlées.

Mais, à St-Vincent, on ne sait jamais s'il faut entrer ou sortir, tant la beauté des lieux s'exprime urbi et orbi!. La terrasse quel que soit le temps, à elle seule, est une perfection de simplicité naturelle. Elle domine, si l'on a l'œil un tantinet sélectif, un cadre d'une beauté incomparable. Tout le Haut-lac est offert au regard avec ses accès d'humeur imprévisibles. On y voit un chat: tantôt létal, repu et paresseux, tantôt l'échine agitée de frémissements nerveux, mais on l'a aussi vu se soulever jusqu'aux cieux en de dures colonnes érigées pour détruire.