fr | en

L'Association et ses buts
Calendrier actuel
Devenir membre
Nos artistes visuels
Venir à St-Vincent
Le nouvel orgue
Concerts passés
L’église St-Vincent
Liens
Comité et contacts
Courriel

 

Nouvel Orgue


asas

PRESENTATION DU PROJET

La région de la Riviera vaudoise, bénéficiant d’un climat privilégié et alliant les plaisirs du lac et de la montagne toute proche, fait preuve d’un grand dynamisme dans le domaine de la culture. De très nombreuses manifestations s’y déroulent tout au long de l’année. Dans ce cadre, Montreux n’est pas en reste, avec, entre autres, ses Rencontres Chorales, son Festival de Jazz, son Septembre Musical, son Festival du Rire, ses expositions, son théâtre, les multiples concerts dans ses différents lieux de culte.

L’église St-Vincent est historiquement le berceau de la région montreusienne.  Son influence et son image sont très fortes, puisque le nom « Montreux » en est issu, qui se réfère au ”monasterium” fondateur et que l’église figure sur le blason de la commune. L’église St-Vincent a aussi participé à la christianisation de la région, et continue d’accompagner ses habitants dans tous les actes importants de leur vie: baptême, confirmation, mariage, décès. C'est l'un des très beaux monuments historiques du canton de Vaud.

Outre les cultes protestants réguliers (env. 65 services par année), les services funèbres, et les nombreux mariages qui y sont célébrés, l’église St-Vincent abrite tout au long de l’année toute une série de concerts (Florilège vocal, Festival "L'été, c'est l'orgue" notamment), participant ainsi à l’animation culturelle montreusienne. L’organiste, qui est une musicienne  professionnelle, y donne des cours d’orgue dans le cadre du Conservatoire de musique de la Riviera. Sans exagérer, on peut affirmer que l’orgue est utilisé quotidiennement. C’est dire que l’instrument doit être de qualité, digne de l’écrin que représente l’église St-Vincent, riche de son histoire, son architecture et sa situation exceptionnelle.

 

A contacter, Martine Reymond
ch. du Signal 47a
CH-1807 Blonay
0041 (0)21 943 11 43 / (0)79 336 23 54


Changer d'orgue, pourquoi?

wa

L'orgue actuel, inauguré en 1975, est un remaniement du précédent datant de 1953 et souffre de l’usure de ce matériel en partie récupéré. Des mauvais contacts électriques, des tuyaux défectueux ont rendu inutilisables des jeux entiers, de sorte qu’il devient  de plus en plus difficile de convaincre des organistes de jouer sur cet instrument et d’organiser des concerts de qualité. Les cours d’orgue de la classe du Conservatoire ont dû être déplacés dans un autre lieu.

Dégradé et prématurément vieilli, l'orgue actuel n'est plus récupérable, sinon au prix d'un instrument neuf, ce qui ne supprimerait pas ses principaux défauts: buffet disproportionné, galerie lourde et inesthétique, harmonisation vulgaire et criarde, surabondance de sons aigus, difficulté d’accès pour l’entretien.


Le choix d'un orgue

sddssd

Un examen attentif du lieu, de sa vocation liturgique et musicale, de son esthétique et de son acoustique particulière, ainsi que l'observation de l'inventaire organistique régional - dans le souci d'éviter les doublons - ont conduit au choix de l'instrument proposé (voir Etudes préliminaires).

L'église St-Vincent, de dimension relativement modeste, excluait l'idée d'un orgue symphonique ou romantique. Sa réverbération très retenue et une acoustique qui favorise beaucoup les aigus imposaient un instrument typé et racé, dont les sons colorés trouvent leur aboutissement dans un orgue de type nord allemand ou nord français du 17e siècle.

Cette ligne s'inscrit aussi harmonieusement dans une région déjà suffisamment pourvue en instruments romantiques, où l'Allemagne de diverses époques est déjà bien représentée. C'est donc tout naturellement vers un orgue de type nord français que s'est tourné le comité de l’Association pour les nouvelles orgues. Une esthétique qui, certes, ne permet pas de tout jouer mais qui favorise le vaste répertoire des 17e et 18e siècles jusqu'à Mendelssohn, ainsi que les musiques contemporaines.

Ce principe de base ne signifie aucunement la réalisation d’une copie d’un orgue, mais la conception libre d’un instrument contemporain adapté à l’acoustique du lieu et inspiré de la facture du nord de la France au tournant du 17e siècle. Sans jamais entraver la cohérence du projet, ni son unité, l’instrument devra permettre l’interprétation d’un large répertoire et susciter la création d’œuvres spécifiques.

Il devra satisfaire aux exigences d’un instrument à la fois liturgique, pédagogique et de concert.

Dans le cadre du culte, ce choix permet la mise en valeur du riche patrimoine luthérien, dont l’influence sur la musique profane et religieuse des siècles suivants est considérable.

En récital et en concert, l'instrument excelle à mettre en valeur les différents plans sonores de la musique et évolue avec aisance tant dans les répertoires français, allemand ou italien de son époque (le Nord de la France était alors au centre de toutes les influences) que dans l'expression contemporaine des grands maîtres du 20e siècle.

Le choix de la manufacture, d’une importance capitale, s’est porté tout naturellement sur celle d’Andreas Metzler, à Dietikon, qui a manifesté d’emblée son souci d’écouter et de ressentir l’atmosphère de l’église St-Vincent  avant d’y sertir son œuvre. C'est d'ailleurs dans ce même esprit d'identification qu'il a abordé avec bonheur la Stadtkirche de Bienne, la Cathédrale Saint-Pierre de Genève ou des édifices de grand prestigeà Milan, Bordeaux ou Vienne, pour n'en citer que quelques-uns.


Les études préliminaires

Sur demande de la Section Monuments Historiques de l’Etat de Vaud, l’Office fédéral de la culture a prié M. Rudolf Bruhin, expert en matière d’orgues, de se pencher sur notre projet.

M. Bruhin s’est rendu à St-Vincent en 1995, et y a constaté que l’acoustique pour la musique est plutôt courte et sèche. L’orgue, inauguré en 1975, reprenait une grande partie des éléments de son prédécesseur de 1953, et montrait déjà des signes de dysfonctionnement, notamment au niveau du système électrique. M. Bruhin a aussi noté que l’orgue était surdimensionné, coincé entre le plafond et une galerie d’une esthétique malheureuse. Cette disposition nuisait en outre fortement à l’entretien et l’accordage de l’instrument.

Un relevage ou une restructuration de ce médiocre instrument étant trop onéreuse, pour un résultat aléatoire, M. Bruhin a proposé la construction d’un nouvel instrument, de 25 à 28 jeux, à placer éventuellement sur une tribune bien intégrée à l’édifice.

A la demande de M. Daniel Glaus, l’un des experts consultés par l’Association pour les nouvelles orgues, une étude acoustique a été effectuée en octobre 1999 par M. le professeur Mario Rossi, du laboratoire d’acoustique de l’EPFL, afin de définir le meilleur emplacement pour l’instrument. Celle-ci a montré que les emplacements les plus favorables se situent à l’entrée du chœur, dans l’angle nord-est de la nef, ou en galerie. La réverbération, phénomène de prolongation des sons dans un espace fermé, est en principe « naturellement » bien adaptée à la musique dans une église : un accord d’orgue « sonne ample » et occupe pleinement l’espace. A St-Vincent, la réverbération est faible par rapport à celles d’édifices de même volume. Cela s’explique par la forte porosité de la pierre utilisée, surtout pour certaines colonnes. Ainsi le son total manque d’ampleur, l’auditeur n’est pas assez « enveloppé » par le son, il n’y a pas de liens étroits entre musiciens et public.

Après étude des différentes solutions proposées, et compte tenu des nombreuses contraintes architecturales, acoustiques, esthétiques, le comité de l’Association s’est déterminé pour un emplacement de l’orgue à l’arrière de la nef, légèrement décalé par rapport à son axe, ce qui permet d’abaisser l’ensemble du volume de l’orgue, réduit à 22 jeux, et de dégager de l’espace sous la voûte. La galerie actuelle, inesthétique, sera démolie au profit d’une plate-forme suffisamment dimensionnée pour permettre à quelques musiciens d’accompagner l’orgue, et placée de façon à ne pas trop entraver une vision dégagée de l’ensemble de l’édifice.


 

 

 

La collaboration avec le facteur d’orgues et l’architecte

sddsUn tel projet nécessite la collaboration étroite entre le mandant, représentant les utilisateurs de l’instrument, le facteur d’orgues et l’architecte. En effet, les aspects musicaux, techniques et esthétiques sont tous importants et font appel aussi bien à des compétences techniques (voire scientifiques, on pense par exemple à l’acoustique) qu’à des aspects objectifs (conception, analyse de l’emplacement, de l’intégration de l’instrument au lieu qui l’abrite) et subjectifs (par exemple, que faire dans mon église, celle où j’ai été baptisé, où je me suis marié).

Dans ce sens, le projet présenté est le fruit d’une démarche menée par des personnes impliquées à différents titres (organiste, pasteur, organisateur de concert, personne intéressée) et dont la volonté a été, tout au long du projet, de cheminer ensemble, d’être convaincues ensemble par ce qu’elles proposent.

C’est le mérite de l’architecte  M. Novello et du facteur d’orgue M. Metzler,  d’avoir réussi à tenir compte de tous ces impératifs pour présenter le projet actuel, après un premier projet qui a été retiré au vu des réactions négatives qu’il suscitait auprès de la population. Le comité de l’Association est convaincu que la solution retenue est la meilleure et qu’elle répond aux exigences musicales et architecturales posées. Sa réalisation permettra à l’orgue de St-Vincent de reprendre la place qui lui revient dans la vie culturelle de Montreux et de sa région.


Les actions du comité de l’Association

L’Association pour les nouvelles orgues de St-Vincent a été créée pour mener à bien ce projet, en collaboration avec la Paroisse protestante de Montreux, et les autorités communale et cantonale, aux titres de propriétaire et de conservateur du patrimoine architectural représenté par l’église St-Vincent. A ce titre, le comité a siégé à de nombreuses reprises avec le facteur d’orgues, l’architecte et les experts pour étudier les projets présentés et tenter de concilier les impératifs variés et parfois contradictoires qu’ils ont pu susciter.

Elle est également chargée de réunir une partie des fonds nécessaires, avec l’appui des amis des concerts et de nombreux artistes qui soutiennent le projet.

Les actions de l’Association ont consisté en :

-          l’édition d’une plaquette en faveur des nouvelles orgues dès le début du projet ;

-          une information régulière donnée aux partenaires naturels du projet que sont les membres de l’Association, la Paroisse de Montreux, les autorités communales, les services cantonaux ;

-          l’organisation de concerts, en collaboration avec l’Association des Concerts St-Vincent, dont l’intégralité de la collecte a été versée à notre Association, grâce à la générosité des artistes ;

-          la diffusion d’un disque avec des extraits de concerts donnés à l’église St-Vincent ;

-          la vente d’objets divers, mis généreusement à disposition : vin issu de vignes voisines du Temple, cartes postales réalisées par des artistes de la région, lithographies, produits de boulangerie et de pâtisserie ;

-          information régulière aux médias régionaux.

Ces différentes actions ont permis de réunir plusieurs milliers de francs qui, joints à quelques dons privés substantiels, ont atteint la somme de Fr 70'000.-. Elles ont permis également, et c’est un élément primordial, de sensibiliser et d’informer un large public sur la nécessité de remplacer l’orgue de St-Vincent. L’objectif de l’Association est de parvenir à réunir la somme globale de Fr 250'000.- grâce à l’apport de donateurs privés et de mécènes, condition pour bénéficier du soutien de la Commune.

En tant que particulier, association, fondation, institution, club, entreprise, vous avez aussi la possibilité d’ajouter votre pierre à l’édifice ou plutôt votre tuyau à l’instrument !

Nous vous remercions par avance de votre générosité, l’église St-Vincent le mérite, la qualité du projet présenté aussi.


Témoignages de personnalités en faveur du projet

vcx« Un orgue de moyenne dimension, mais de très belle qualité (le choix du facteur d’orgue est d’une importance capitale) enrichira notablement le patrimoine instrumental de la région montreusienne. Il permettra l’exécution, l’écoute, et donc le partage d’un vaste répertoire spécifique, actuellement impraticable dans des conditions satisfaisantes. »

Jean-Pierre Legay, organiste de Notre-Dame de Paris

« On ne peut que souhaiter de nouvelles orgues à l’église St-Vincent, pour le rayonnement cultuel de la Paroisse et pour le rayonnement culturel de la ville de Montreux. »

Jean-Christophe Geiser, organiste de la cathédrale de Lausanne

« Avec Martine Reymond, l’église St-Vincent a la grande chance d’avoir une organiste titulaire de très haut niveau. Malheureusement, l’orgue n’est pas un instrument de qualité. Il est indispensable de lui permettre de jouer sur un instrument digne de son talent et des œuvres qu’elle interprète. »

Karl-Anton Rickenbacher, chef d’orchestre, Chernex

« Si les orgues font partie intégrante des fêtes et des cérémonies qui ponctuent la vie d’une paroisse, seules ou accompagnées d’autres instruments ou de chœurs, les mélomanes apprécient à sa juste valeur cet instrument au service de la musique sacrée, classique, de jazz ou autres gospels. Je dirais pour ma part que les orgues sont en quelque sorte l’âme d’une église.

Aussi, en cette ville vouée à la musique, ne puis-je en ma qualité de syndic que saluer les efforts qui sont consentis actuellement en faveur du renouvellement des orgues du Temple St-Vincent.

Je suis convaincu que l’association qui s’est créée en sa faveur saura susciter des gestes de générosité d’entreprises privées, de donateurs particuliers et bien sûr des pouvoirs publics. Que tous soient d’ores et déjà chaleureusement remerciés ! »

Pierre Salvi, Syndic de Montreux

Voici un lien qui vous permettra de visionner le nouvel orgue, en construction Ó la manufacture Metzler Ó Dietikon, puis en montage au Temple St-Vincent :

http://www.protestant-vaud.ch/photos/3645.html?Itemid=188

 

Orgue Metzler 2009

Ce nouvel orgue compte 24 registres répartis entre le Grand Orgue, le Récit et la Pédale. Il est doté de 1532 tuyaux, dont 58 sont en bois, tous les autres composés d'un alliage d'étain et de plomb. 172 tuyaux appartiennent à la famille des jeux d'anches . 7000 bonnes heures de travail auront été nécessaires à sa réalisation. L'orgue est composé de deux plans sonores situés l'un derrière l'autre. À l'avant sont positionnés les tuyaux du Grand Orgue et de la Pédale sur un sommier commun et, à l'arrière, sont placés les tuyaux du Récit avec leurs jalousies, permettant d'influencer la dynamique de la sonorité.

Tous les éléments du buffet sont réalisés selon la tradition des facteurs d'orgues les plus réputés (Schnitger, Cliquot, Silbermann, etc.), en bois de chêne massif, construits avec cadres et panneaux. Cette construction extrêmement solide pèse naturellement son poids et ce nouvel orgue avoisine les 6000 kg.

Composition - 24 jeux

Plan sonore

La composition sonore finalement retenue ne s'appuie pas sur un modèle historique particulier, mais est une synthèse d'influences diverses. Cette conception entre à tous points de vue dans la tradition de l'entreprise Metzler qui, depuis longtemps déjà, se prête en médiatrice entre les particularités franšaises, allemandes et hollandaises. Cette composition correspond toutefois largement aux orgues baroques du nord de la France.

L'intonation des Principaux est cependant fortement dirigée vers la musique polyphonique et les jeux d'anches sont un peu plus retenus, pour leur meilleure intégration dans le jeu d'ensemble.

Avec le Salicional et le récit expressif, deux éléments typiquement romantiques enrichissent la conception baroque et se révéleront très précieux avant tout dans la musique liturgique.

Ainsi, dans son ensemble et de fašon significative, l'orgue est devenu plus universel et il répond dés lors aux hautes exigences de la pratique musicale d'aujourd'hui.

Andreas Metzler et Johannes R÷hrig en plein travail dĺharmonisation
(photo J÷rg Kiszio)

Le Nouvel Orgue

photo: Marc Halbritter